Les supports des artistes

Les supports des artistes de rue

Remontons au temps où les artistes n’existaient pas. Les hommes se servaient d’un ou de deux pigments naturels pour dessiner, représenter sur les murs des grottes leurs parties de chasse et leur vie quotidienne. Ce fût sans doute les premiers artistes. Longtemps après eux, vers le XVème siècle, apparut la toile qui peu à peu remplaça la peinture sur bois. Nous constatons que les supports sont passés des murs à la toile ; suite à cela, environ 6 siècles plus tard, apparait l’art urbain ou plus communément appelé le street art qui lui, reprend les supports utilisés à la nuit des temps. En premier lieux les murs, non pas des grottes mais des villes, mais aussi tout ce qui a une surface plane et qui fait partie de la ville tel les trains, le mobilier urbain et plus encore.

  • Les support mobiles :

Les supports mobiles sont beaucoup convoités car les œuvres deviennent mouvantes, elles peuvent se déplacer dans tous les quartiers de la ville et leurs noms (leurs blazes) pourront voyager, même loin grâce aux trains. Les graffeurs sont parfois sollicités pour peindre les camions de particuliers et parfois non, ils ne demandent aucune autorisation et cela devient du pur graffiti sauvage.

Donc dans les supports mobiles on peut citer :

- Le métro : Le moyen le plus facile de faire voyager une œuvre des quartiers pauvres aux quartiers riches. Par exemple du Bronx à Manhattan.

(Métro quelconque entièrement recouvert de peinture)

-les trains : qui font rêver tous les street-artistes car leurs œuvres peuvent partir partout dans leurs pays voir même dans tout un continent !!

(Train quelconque recouvert de peinture, on peut lire en grosse lettre « RIOS ** CUNS ».)

-les camions : le véhicule le moins dangereux à taguer mais pas le plus utilisé. Lui aussi se déplace sur de grandes distances.

(Camion entièrement recouvert de peinture, le propriétaire a surement demandé à un ou des artistes de le lui peindre).

  • Les support fixe :

Un simple mur est le support idéal du street art et de n’importe quelle forme d’art pictural. Les murs peuvent être sales, recouvert de mousse, repeints, brulés ou tout simplement entièrement propres. Le mur se retrouve partout : dans les tunnels de voie de communication, sous les toits d’immeubles. On retrouve encore le mobilier urbain qui est particulièrement victime de graffitis ou souvent de sticker.

Les supports fixes englobent donc :

-les murs à la surface de la terre : qui sont les premiers convoités et qui sont très vite saturés de peinture, parfois sur plusieurs couches. 

(Mur ici saturé de peinture, ou l’on peut distinguer plusieurs couches).

(Photographie prise à Dubaï en Inde)



-les murs dans les tunnels : ou plus particulièrement dans les tunnels des métros ou train qui sont un spot apprécié des artistes de rue. C’est là que le côté répétitif du graff est mis en avant grâce aux spectateurs qui font souvent le même trajet chaque jour. Etant donné qu’ils sont dans le noir, les tags sont souvent de couleurs chrome et deviennent lumineux devant la lumière des rames.

(Tunnel de métro à Paris)

-Le mobilier urbain : qui englobe tout ce que l’on peut trouver dans une ville tel que les poubelles, les panneaux, boite postale, container etc.

(Panneau détourné)

-les toits : qui sont un emplacement en hauteur visible de tous et de très loin. Ils sont souvent difficiles d’accès et même parfois dangereux mais sont un des meilleurs spots du graffeur.

(Deux photos de tag réalisé sur les toits).

  • Les supports particulier :

Il existe encore quelques supports utilisés par un bon nombre de graffeurs tel que les blackbook. D’autres, plus insolites, tel que le « body painting » ou encore la peinture sur animaux. Et même le graffiti sur toile.

-le blackbook : le blackbook est le cahier du street-artiste qui lui sert pour ses croquis ou de simples dessins.


(Exemple de blackbook de n’importe quel street artiste)

-le body-painting : Voici un support plus tendre tel que le corps d’une femme ou d’un homme.

(Voici deux beaux exemples de body painting)

Nous pouvons aussi retrouver de la peinture sur animaux tel que l’a fait Banksy.

(Voici de la peinture sur vache et cochons …)

Les toiles : Beaucoup de street artistes peignent aussi sur des toiles avec chacun son style qui est parfois très recherché. Voilà un réel paradoxe que de sortir des toiles pour passer aux murs et ensuite après avoir inventé nombres de techniques, de repasser aux toiles.

(Voici une œuvre de Shaka artiste qui a commencé dans la rue et a continué sur des toiles. Il fait aujourd’hui des expositions un peu partout en Europe voir au-delà).

(On retrouve maintenant dans les galeries de simples tags que l’on pourrait trouver dans la rue).



Voilà en quelques pages tous les supports que peuvent utiliser les street artistes pour réaliser leurs œuvres.