Le Street Art et la littérature

    La rencontre entre  l’art moderne et l'art classique peut parfois s’avérer très efficace pour promouvoir l’un ou l’autre. En Angleterre, l’association caritative National Literacy Trust a eu la bonne idée de faire appel à des artistes de street art pour décorer 50 bancs de Londres et ainsi illustrer les plus grands classiques de la littérature.

Devenus de véritables oeuvres d’art, ces bancs ont été vendus aux enchères le 7 octobre dernier et les profits ont été reversés aux associations qui luttent contre l’analphabétisme dans les quartiers défavorisés.

 

Du Street Art dans les classiques français

 

    Si les graffitis des civilisations antiques ont fait l'objet d'études savantes, on trouve aussi de nombreuses références aux graffitis modernes dans la littérature française. Balzac en parle avec aversion dans son roman Ferragus : « dans un temps où la rue Pagevin n'avait pas un mur qui ne répétât un mot infâme ». Dans Voyage en Laponie, Regnard et ses compagnons ont laissé la trace de leur passage en pays lointain par des graffitis. Henri de Monfreid décrit dans Les Secrets de la mer Rouge des graffitis trouvés a Obock dans un ancien pénitentier français : «  Je vois les cellules

[…] dont les murs portent des inscription naïves ou obscènes, des dates, des graffitis. »

L'auteur français qui s'associe le plus étroitemment au phénomen des graffitis est Restif de La Bretonne. Il recueille ses propres graffitis sous le titre de "Mes inscriptions" les complétant au fur et à mesure par des notes et les traduisant du latin au français.

 

 

 

     C'est donc un art qui s'expose dans la rue mais aussi dans le rayon librairie.

Une collection de livres a même été crée sur le Street Art, qu'elle beaucoup plus ancrée dans le vif du sujet. C'est la collection "Opus Delits", elle contient 27 livres dédiés au street art et à la création urbaine. Chaque livre couvre l'histoire d'un artiste et expose son art. Ces livres sont rédigés par des professionnels du sujet.

 

 

Bibliographie



Il existe énormément de documentations autour du Street Art :





  • Des essais :



Le Street Art au tournant

Présentation détaillé du projet

Le Street Art au tournant de Christophe Genin est un essai sur ce nouveau mode d’expression, sérieux dans son étude et ses références mais accessible à un large public . L’argument central  est que le street art se trouve actuellement à un tournant entre l’illégalité et l’imaginaire collectif, entre la contestation et le produit dérivé.

Dans cet ouvrage, Christophe Genin décrit le Street Art comme un phénomène culturel planétaire, comprenant des courants multiples, voire contradictoires.. Il aborde ses conditions d’existence, entre la résistance des autorités politiques au « vandalisme », et la reconnaissance de diverses instances, comme le marché de l’art ou les sciences humaines. Il dresse un panorama de tous les champs investis par le street art, le graphisme, le cinéma, la performance, les jeux urbains, les représentations culturelles, la politique et le tourisme.

Le Street Art au tournant s’appuie donc sur des observations d’œuvres, de comportements, de statuts, comme sur des rencontres avec de nombreux artistes de diverses générations tels que Miss.Tic et Réro. Un livre donc pour comprendre et aimer le Street Art .

 

 

Opus Delits C215

 

Opus Delit Ernest Pignon-Ernest